Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Alexis Tsipras annonce un référendum le 5 juillet

Le Premier ministre grec a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi la tenue d'un référendum sur le texte qui pourrait résulter samedi de l'Eurogroupe prévu à Bruxelles entre Athènes et ses créanciers.

Il n'a pas plié. Face au blocage des négociations avec les institutions européennes et le FMI, Alexis Tsipras a décidé de soumettre à référendum l'offre des créanciers de la Grèce. Le Premier ministre grec qui a fait cette annonce sur les télévisions grecques dans la nuit de vendredi à samedi (à 1h00 heure locale, 0h00 en France), à l'issue d'un long conseil des ministres, a indiqué que le gouvernement avait «approuvé à l'unanimité» sa demande d'aller vers un référendum.

«En cinq mois de négociations, on nous a demandé de continuer d’appliquer des politiques que vous avez rejeté dans les urnes» , a-t-il déclaré avant de résumer durement l'attitude des créanciers: « Leur but est d'humilier un peuple tout entier.» Le Premier ministre, issu de Syriza, s'est montré confiant dans le choix du peuple grec: «Je vous appelle à choisir avec la dignité qui a toujours caractérisé le peuple grec. Votre choix honorera l'histoire de notre pays. L'Europe est la maison commune des peuples.»

Allocution d'Alexis Tsipras au peuple grec (Intégrale)

Nous avons livré un combat dans des conditions d’asphyxie financière inouïes pour aboutir à un accord viable qui mènerait à terme le mandat que nous avons reçu du peuple. Or on nous a demandé d’appliquer les politiques mémorandaires comme l’avaient fait nos prédecesseurs. Après cinq mois de négociations, nos partenaires en sont venus à nous poser un ultimatum, ce qui contrevient aux principes de l’UE et sape la relance de la société et de l’économie grecque. Ces propositions violent absolument les acquis européens. Leur but est l’humiliation de tout un peuple, et elles manifestent avant tout l’obsession du FMI pour une politique d’extrême austérité. L’objectif aujourd’hui est de mettre fin à la crise grecque de la dette publique. Notre responsabilité dans l’affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec. J’ai proposé au conseil des ministres l’organisation d’un référendum, et cette proposition a été adoptée à l’unanimité. La question qui sera posée au référendum ce dimanche prochain sera de savoir si nous acceptons ou rejetons la proposition des institutions européennes. Je demanderai une prolongation du programme de quelques jours afin que le peuple grec prenne sa décision.

Je vous invite à prendre cette décision souverainement et avec la fierté que nous enseigne l’histoire de la Grèce. La Grèce, qui a vu naître la démocratie, doit envoyer un message de démocratie retentissant. Je m’engage à en respecter le résultat quel qu’il soit. La Grèce est et restera une partie indissoluble de l’Europe. Mais une Europe sans démocratie est une Europe qui a perdu sa boussole. L’Europe est la maison commune de nos peuple, une maison qui n’a ni propriétaires ni locataires. La Grèce est une partie indissoluble de l’Europe, et je vous invite toutes et tous à prendre, dans un même élan national, les décisions qui concernent notre peuple.

Traduction:Vassiliki Papadaki sur le site de Syriza Paris / France

Cette annonce intervient à la veille d'une ultime réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles avant un possible défaut de paiement de la Grèce au FMI le 30 juin. Elle constitue l'ultime moyen de pression du gouvernement grec d'arracher un accord conforme au résultat des élections du 25 janvier puisque c'est sur le texte qui sortira de cette réunion de la dernière chance que les électeurs auront à se prononcer le 5 juillet.

Et une réponse démocratique à l'intransigeance des créanciers que dénonçait quelques heures auparavant le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, dans une interview:

«Ces derniers jours et semaines, le gouvernement grec a fait sans cesse des concessions. Malheureusement, à chaque fois que nous arrivons presque aux trois quarts ou aux quatre cinquièmes du chemin, les institutions vont dans le sens inverse. Ils durcissent leurs positions et demandent des choses que seulement quelqu'un qui ne veut pas d'accord peut demander.»

Pourquoi le gouvernement grec refuse le plan de renflouement

Plus tôt dans la soirée , le gouvernement grec avait fait savoir qu'il ne pouvait accepter le dernier plan renflouement proposé à la Grèce par ses créanciers. Les raisons de ce refus étaient ainsi motivées dans une note à la presse :
« La proposition des institutions (UE, FMI) au gouvernement grec était de légiférer immédiatement sur des mesures profondément récessives (...) en tant que condition d'un financement sur cinq mois, cependant tout à fait insuffisant »
L'« offre » des Européens et du FMI prévoyait une prolongation de cinq mois du programme d'aide dont bénéficie la Grèce et un paquet d'au moins 12 milliards d'euros à verser en quatre temps jusqu'en novembre. Selon la note du gouvernement grec elle prévoyaitt notamment de verser à Athènes 1,8 milliard d'euros en urgence, moyennant un vote du Parlement grec , pour éviter le défaut de paiement au 30 juin, date à laquelle la Grèce doit rembourser un prêt de quelque 1,5 milliard d'euros au Fonds monétaire international. Une partie des 12 milliards devait ensuite être versée en fonction de la mise en œuvre concrète des mesures votées.

Selon ce qu'en a dit Alexis Tsipras à la télévision grecque, les mesures que les créanciers voudraient voire votées « exacerbent les inégalités sociales, apportent la déréglementation du marché du travail, des coupes dans les retraites, une hausse de la TVA sur les produits alimentaires et ont pour objectif l'humiliation de tout un peuple » .

La somme allouée ne servira qu'à rembourser les créanciers

« Il est évident que la proposition des institutions, même sans prendre en compte les mesures récessives et socialement destructrices qu'elle prévoit, laisse un important trou de financement pour la période d'extension de cinq mois (du programme d'aide, ndlr) et, encore plus inquiétant, mènerait à une nouvelle négociation difficile, et un nouveau mémorandum (d'austérité, ndlr) à la fin de l'année » , affirme le gouvernement dans le texte distribué en début de soirée.
L'argumentaire développé par le gouvernement dans cette note est que chacune des tranches prévue jusqu'à novembre ne servira qu'à rembourser différentes échéances dues au créanciers jusqu'à cette date : 4 milliards d'euros prévue d'ici mi-juillet se répartiront entre le remboursement d'obligations détenues par la BCE (3,5 milliards) et la contribution aux fonds structurels européens (500 millions) ; 4,7 milliards début août, également destinés à rembourser la BCE et 1,5 milliard en octobre pour payer le FMI.
Pour le gouvernement grec, « la proposition ne contient par la moindre liquidité » pour l'Etat, et ne compense pas le refus prévisible du FMI de verser les prêts prévus initialement jusqu'en mars 2016 puisque « la dette publique grecque ne sera pas jugée soutenable » .

Autre grief pointé par le gouvernement grec: le montant de 12 milliards d'euros ne tient pas compte du fait que l’État grec, qui attend depuis près d'un an le feu vert des créanciers au versement d'une aide prévue dans son programme d'assistance internationale, a accumulé des impayés et subi une hausse de son taux de refinancement.

Le gouvernement déplore enfin que sa proposition d'un échange des 27 milliards d'euros d'obligations grecques détenues par la BCE, dont une partie arrive à échéance cet été, via un échange de titres avec le Mécanisme européen de stabilité (MES, dispositif de gestion des crises financières de la zone euro), soit refusée par les créanciers alors qu'elle lui permettrait de bénéficier du programme « d’assouplissement quantitatif » de la BCE, lui apportant une bouffée d'air financière.


Photo: LOUISA GOULIAMAKI / AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents