Handicap : l’État paralysé

Les lieux publics et les transports ne sont toujours pas accessibles aux personnes à mobilité réduite. Les associations dénoncent l’attentisme des politiques publiques. Enquête sur un scandale français.

C’est un retour en arrière de quarante ans. Le 2 juin 2015, les sénateurs ont voté une ordonnance modifiant le volet accessibilité de la loi du 11 février 2005. Celle-ci prévoyait la date butoir du 1er janvier 2015 pour que les établissements recevant du public (ERP) et les transports collectifs assurent un « accès des personnes handicapées aux institutions ouvertes à l’ensemble de la population ». Un principe clair sur le papier, ** qui datait déjà d’une précédente loi votée en 1975. Sauf que, depuis dix…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents