Dossier : La liberté d'informer en danger

Les lanceurs d’alerte bâillonnés

La directive « secret des affaires » est étroitement associée aux négociations sur le grand marché transatlantique.

En avril dernier, un appel européen demande aux eurodéputés de revoir la directive sur le secret des affaires lors de son examen en Commission des affaires juridiques du Parlement européen. La liste des premiers signataires est impressionnante : on y trouve Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, et Antoine Deltour, lanceur d’alerte dans l’affaire LuxLeaks, aux côtés de Gualtiero Michelini, président de Magistrats européens pour la démocratie et les libertés, Ignacio Fernández Toxo, président de la…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.