« Les Républicains » : La novlangue se délie

« Les Républicains » n’est pas la seule appellation politique trompeuse. Ni la pire.

La nouvelle appellation de l’UMP est légitimement contestée. Qu’un parti, qui ne rassemblera jamais qu’une petite fraction de la population, prétende privatiser à son seul profit, et pour des intérêts conjoncturels, un qualificatif commun à tous ceux qui se revendiquent d’un régime de gouvernement – la république – est un scandaleux hold-up. D’autant qu’à entendre son président, « Les Républicains » auraient pour devise « liberté, autorité, mérite », oubliant ainsi deux tiers de la devise de la république…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.