Dossier : La liberté d'informer en danger

L’intimidation, une autre censure

Les agressions contre les journalistes peuvent aussi venir de la société elle-même.

Il n’y a pas que les États qui peuvent attaquer les journalistes ou entraver la liberté d’informer. Le drame de Charlie nous le rappelle assez. Les agressions peuvent venir de la société elle-même, en une sorte de continuum qui va des simples pressions à la violence de sang en passant par les appels anonymes et autres menaces. Et voici à présent le « swatting ». Un mot tiré du service de police américain désigné par l’acronyme Swat (Special Weapons And Tactics). Il s’agit d’inventer un motif suffisamment…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.