Plus longue, la chaîne

M. Berger, de la CFDT, s’est bien gardé de trop s’offusquer de la nouvelle vilenie du Medef.

Après avoir, suppose-t-on, mesuré qu’il serait un peu délicat d’exiger tout de go le rétablissement de l’esclavage, le Mouvement des entreprises de France (Medef) – le syndicat des patron(ne)s (comme dit la presse comme il faut), que préside M. Gattaz, Pierre – a proposé, en guise de réforme des retraites, « un report à 67 ans du taux plein, avec un abattement des pensions de 40 % à 62 ans 1 ». (Courage, salarié(e)s : y a une vie de merde après le boulot.) Ce qu’oyant, Laurent Berger, secrétaire général de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le crime et le rituel

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.