Faits divers et jihadisme

Après ce qu’on a appelé le « vendredi noir », Manuel Valls a repris des mots qui appartiennent aux néoconservateurs américains.

À qui Manuel Valls veut-il plaire ? En évoquant une « guerre de civilisation » au lendemain des massacres de Sousse, du Koweït et du sordide crime de l’Isère, il a repris des mots qui appartenaient au vocabulaire de George W. Bush et de son entourage néoconservateur. Une formulation dont Nicolas Sarkozy avait également fait un usage surabondant. Ce qui vaut au Premier ministre les lazzis de la droite, qui salue son ralliement. S’il a voulu plaire au Front national, c’est raté. Car, comble d’ironie, le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.