Grèce : « Toute humiliation a ses limites »

Depuis l’annonce du référendum, le débat fait rage dans les rues de la capitale. Et l’opposition conservatrice se réveille. Correspondance à Athènes, Angélique Kourounis.

«On vit des moments de fierté nationale uniques ; ils peuvent dire ce qu’ils veulent, menacer autant qu’ils veulent, je vote non. On va tous en famille voter non ! » Irini Kontaridou, 39 ans, professeure de lettres touchée de plein fouet par la crise, est sur un nuage depuis l’annonce du référendum du 5 juillet. Elle a voté Syriza en janvier dernier, comme tous les siens, et depuis elle ne cessait de critiquer Alexis Tsipras pour ses « kolotombes », « ses bonds en arrière ». « Il avait dit que dès son…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Adieu « Che » Maradona

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.