La Grèce sur la corde raide

Aucune procédure n’est prévue pour exclure un pays de la zone euro.

Il a refusé d’aggraver la saignée sans fin imposée à son peuple. Il est donc sorti, par l’appel au vote populaire, du huis clos étouffant de l’Eurogroupe. Le gouvernement grec fait ainsi entrer un puissant vent frais dans l’air fétide des institutions européennes. Mais si le « non » l’emporte au référendum, la Grèce marchera sur la corde raide, entre l’inévitable défaut sur la dette et la possible sortie de l’euro. Il n’est pas certain que les électeurs grecs résistent au chantage imposé par la fermeture…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.