Prison de la Santé : Dernier inventaire avant travaux

La maison d’arrêt parisienne a fermé ses portes pour rénovation. Elle n’en a pas moins gardé quelque temps les stigmates de l’incarcération, dans un silence assourdissant.

Dans la cour de promenade, deux ballons crevés semblent orphelins. Deux ballons isolés, sans un joueur pour taper dedans. Dans un coin, un autre ballon soupire à l’ombre des barbelés. À peine plus loin, un autre ballon encore est resté coincé dans le grillage, suspendu au temps, à côté d’une bouteille. Qui viendrait le réclamer ? Dans la deuxième division du bâtiment, toutes les portes des cellules sont ouvertes. Les courants d’air claquent, le vent s’engouffre à l’envi, comme un air de récréation. À…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le crime et le rituel

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.