Stathis Kouvelakis : « Un dépeçage de la Grèce sur un mode néocolonial »

Membre du comité central de Syriza, Stathis Kouvelakis analyse la situation politique et sociale de son pays depuis l’élection d’Alexis Tsipras jusqu’à la signature de l’accord imposé par l’Europe. Entretien.

Enseignant au King’s College de l’université de Londres, Stathis Kouvelakis a fait une partie de ses études à Paris. Vivant aujourd’hui entre les capitales grecque, anglaise et française, il compte parmi les 109 membres du comité central de Syriza qui ont signé un texte refusant l’accord contraint que les créanciers européens et la troïka ont arraché « un pistolet sur la tempe » (selon les mots d’Alexis Tsipras lui-même) au gouvernement grec pour daigner poursuivre les négociations. Il analyse ici les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents