Alain Lipietz : « L’alternative est européenne ou ne sera pas »

Selon Alain Lipietz, qui répond ici à Frédéric Lordon, la sortie de l’euro ne corrigerait pas d’une drachme le montant de la dette de la Grèce.

Ainsi donc, selon Frédéric Lordon, ceux qui ne se résignent pas à sortir de l’euro seraient des « néoruralistes, incapables d’abstraction ou de comprendre ce qu’ils lisent ». J’en suis. Au contraire de Lordon, j’ai voté « non » à Maastricht en 1992 et « oui » au TCE en 2005, après avoir appelé, en 1982, à l’audace d’établir certains « sas » aux frontières. Quelques constats un peu ploucs, je l’admets, justifient ces choix successifs. Seules la politique et la démocratie au sens large (conventions, lois,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.