Norbert Aboudarham, le catastrophysicien

Un bel essai sur le récit et le jeu burlesque par Norbert Aboudarham.

Parler du comique, c’est aussi difficile que d’en faire. Que de sentencieux ont péroré fâcheusement sur la nature et la fonction de la comédie et des gags ! Même le Rire de Bergson enfonce solennellement beaucoup de portes ouvertes. Norbert Aboudarham, auteur, acteur et pédagogue, vient à son tour traiter des secrets du spectacle et des sketchs qui refusent la gravité dans le Burlesque au théâtre. Il le fait, lui, de façon modeste, avec une phrase joyeuse qui s’enchante du plaisir d’enseigner et de jouer…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.