Poésie dans la nuit

Isabelle Lafon adapte Notes sur Anna Akhmatova de l’auteure russe Lydia Tchoukovskaïa.

Le théâtre d’Isabelle Lafon s’intéresse aux rescapés. À leurs paroles, surtout. Dans Igishanga (2002), le premier spectacle de sa compagnie Les Merveilleuses, elle portait elle-même sur scène les récits de survivantes du génocide rwandais. Ceux de Sylvie Umubyeyi, assistante sociale, et de Claudine Kayitési, agricultrice, recueillis par Jean Hatzfeld dans son livre Dans le nu de la vie. Récits des marais rwandais (Seuil, 2003). Seule sur une scène nue, dans une obscurité presque totale, la comédienne et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.