Le cœur culturel du Sud-Jura en danger

Déficitaire, la maison du peuple La Fraternelle de Saint-Claude risque de disparaître.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


« Nous avons une chance sur deux de passer l’année 2016. » À Saint-Claude (Jura), la situation est inquiétante pour la maison du peuple La Fraternelle. Christophe Joneau, le directeur, ne le cache pas. Cœur culturel du Sud-Jura avec ses trois salles de cinéma classées « art et essai », ses nombreux artistes en résidence et son fonds d’archives de coopératives, syndicats et groupements politiques de la région, l’association est financièrement mal en point.

« En 2002, des travaux de rénovation ont dû être entrepris sur le bâtiment (de 4 000 m², NDLR), qui est vieux, explique Christophe Joneau, l’association a payé de sa poche et a été contrainte d’emprunter de l’argent, pour un coût total de 2,5 millions d’euros. » Le début des problèmes.

Douze ans plus tard, en 2014, le résultat net était négatif de 168 000 euros. La faute, également, à une baisse de fréquentation du lieu, où se croisent cinéphiles, amateurs de jazz et adeptes des arts plastiques. « Notre difficulté, souligne Christophe Joneau, est que nous sommes dans une démarche de soutien à des projets et à des disciplines qui ne sont pas présents ailleurs, et peu médiatisés. » Subventionnée à hauteur de 27 % seulement, l’association, comme bon nombre de structures culturelles en milieu rural, éprouve une difficulté croissante à vivre de ses propres activités.

Pour commencer de redresser la barre, il a fallu faire des économies. Les salaires des dix employés ont été gelés et les gages du directeur revus à la baisse. En parallèle, une pétition signée par 1 250 personnes1 a été lancée et plus de 10 000 euros de dons ont été reçus en trois semaines. « Nous tablons sur un déficit de 100 000 euros à la fin de l’année et visons un retour à l’équilibre en 2017, avance Christophe Joneau. Nous espérons pouvoir mettre tout le monde autour de la table dans le courant de l’année 2016 pour voir où nous en sommes et parler du futur. »

D’ici là, des concerts de soutien seront organisés à partir du 20 décembre, pour que les rencontres, les débats et les expositions de La Fraternelle continuent de rythmer la vie culturelle des habitants du Sud-Jura. Et poursuivre ce qui s’apparente, dans une ville de 22 000 habitants, à une mission de service public.


Photo : capture d'écran maisondupeuple.fr

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.