Nicolas Hénin : « Les frappes aériennes alimentent le discours de Daech »

Pour le journaliste Nicolas Hénin, il faut réduire la part militaire de notre intervention en Syrie au profit d’une solution politique. Sans cela, il est illusoire d’espérer échapper à la violence.

L’intensification des frappes aériennes prônée par François Hollande pour anéantir Daech est, selon Nicolas Hénin, un déni de la réalité du terrorisme. C’est la violence de la répression du régime syrien qui a produit la radicalisation, tandis que la société civile, ignorée et abandonnée à son sort, s’est effondrée. Peut-on envisager une victoire sur le terrorisme sans qu’il soit mis un terme, d’une façon ou d’une autre, à la crise syrienne ? Nicolas Hénin : Depuis plusieurs mois, cette ombre syrienne…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.