Trois fois Dada

Jean-Michel Ribes rend hommage à Arthur Cravan, Jacques Rigaut et Jacques Vaché. Drôle et profond.

Les grandes ombres des dadaïstes et des surréalistes planent toujours sur nous. Non pas parce qu’on célèbre le centième anniversaire du mouvement Dada, que Tristan Tzara fit exploser en 1916 à Zurich. Mais parce que les conformismes se remettent toujours en place et que, en matière de mise en cause de l’ordre bourgeois, de la certitude militaire et du culte de l’efficacité, on ne peut guère faire mieux que Tzara et Breton. C’est dans cet esprit que Jean-Michel Ribes monte sa nouvelle pièce au Rond-Point,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents