Rennes : la police charge en voiture des manifestants, et les blesse

L'escalade des moyens employés par les forces de l'ordre pour venir à bout des opposants à la loi Travail, vient de franchir un nouveau seuil dans la capitale bretonne.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La violence policière a franchi un nouveau seuil, cet après-midi à Rennes. Il est en effet totalement inédit que les forces de l'ordre chargent des manifestants à l'aide de véhicules de police.

Alors que la manifestation « officielle » contre la loi travail s'était terminée sans incident notable devant la préfecture en début d'après-midi, plusieurs centaines de manifestants ont continué à défiler en se dirigeant vers la rocade de Rennes. Après un jeu du chat et de la souris dans le quartier Villejean à l'ouest de Rennes, environ 300 manifestants ont investi la N12, sur une portion permettant d'accéder à la rocade.

C'est à ce moment qu'une charge a eu lieu, peu avant 15h00 : environ cinq camionnettes de la police ont roulé en direction des manifestants, sans ralentir, pour les disperser. Les policiers ont ouvert les vitres des véhicules pour vaporiser au passage de grandes quantités de gaz lacrymogène et de bombe au poivre sur les manifestants. Les véhicules ne se sont arrêtés qu'après avoir traversé la foule.

Puis plusieurs dizaines de membres des forces de l'ordre ont alors pourchassé les manifestants pour achever la dispersion, à grand renfort de coups de matraque.

Rien ne justifie l'emploi de tels moyens contre des manifestants, si ce n'est la volonté de faire des blessés. Était-ce le but ?

Rien ne peut expliquer un tel déchaînement de violence, si ce n'est le mépris et la haine des opposants au projet de loi Travail. Un mépris et une haine distillés imprudemment par les principaux responsables du gouvernement, attisés par Pierre Gattaz et des éditocrates irresponsables – le dernier numéro du Point, avec sa Une et l'éditorial de Franz-Olivier Giesbert en constitue l'une des pires expressions.

A l'évidence, cette charge inédite marque une nouvelle étape dans l'escalade de la violence, qui avait déjà atteint la semaine dernière un seuil d'alerte avec la terrible blessure infligée par une grenade de désencerclement à Romain D., 28 ans, toujours dans le coma.

À lire >> Loi travail : La répression policière s’accentue

Il est plus que temps que le ministre de l'Intérieur et le Premier ministre condamnent ces débordements, dont chacun sent qu'ils peuvent demain blesser mortellement. De fait, la charge des policiers de Rennes a laissé plusieurs manifestants au tapis.

Selon les informations obtenues auprès des étudiants opposés à la loi travail, cinq d'entre eux ont été pris en charge aux urgences pour des coups de matraque, et un cinquième va rester en observation pour la nuit. Bousculé lors de la charge de la police, peut-être par un coup de bouclier, il a expliqué à l'AFP s'être alors blessé à l’œil en tombant dans un fossé.

Plusieurs journalistes ont aussi reçu des coups de matraque, a constaté l'AFP. « Je me suis pris un coup de matraque sur la tête. Heureusement que j'avais un casque sinon je serais à l'hôpital. Sur mon casque est bien écrit "Presse", donc c'était tout à fait délibéré », a notamment témoigné Vincent Feuray, photographe indépendant, qui a assisté ensuite à des coups portés sur d'autres confrères vidéastes. Le Club de la presse de Rennes et de Bretagne a condamné « fermement ces atteintes à la liberté d'exercer son métier, et rappelle solennellement que les journalistes ne sont pas des cibles ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.