Rétrospective : Straub et Huillet

Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, un cinéma sensible et révolutionnaire.

Depuis leurs premiers films, en particulier Chronique d’Anna Magdalena Bach (1967), Jean-Marie Straub et Danièle Huillet n’ont cessé de mettre en question le cinéma en train de se faire. Sensible et révolutionnaire, matérialiste et exploratrice de mythes, leur œuvre (Leçon d’histoire, d’après Brecht, Moïse et Aaron, d’après l’opéra d’Arnold Schönberg, Sicilia !, d’après Elio Vittorini, O somma luce, d’après Dante…), d’une radicale singularité, composée autant de longs que de courts métrages, est à la fois…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents