Groenland : Une ancienne base militaire américaine bientôt révélée par le réchauffement climatique ?

Des chercheurs canadiens révèlent l'existence d'une base souterraine des États-Unis menacée par le réchauffement climatique

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Cette histoire pourrait servir de cadre à un vieux un film de James Bond : les changements climatiques - et donc la fonte des glaces en cours dans la zone arctique -, pourraient prochainement révéler l’ampleur de la présence ancienne d’une base militaire américaine enfouie dans les profondeurs glacées du Groenland. Elle était destinée à organiser le lancement d’armes nucléaires sur le territoire de l’Union soviétique toute proche. C’est ce que vient d’affirmer Lian Colgan, un chercheur glaciologue de l’université canadienne York de Toronto. Une information dont il vient de publier tous les détails dans la Geological Research Letter… en soulignant les dangers qu’elle fait courir à la mer et à la région.

En 1959, les ingénieurs militaires de l’armée américaine, mettant en œuvre une décision présidentielle (alors Dwight Eisenhower) ont secrètement foré puis construit sous la glace une véritable cité souterraine ; sous couvert, comme l’ont fait ailleurs les Soviétiques, de « recherches polaires ». L’objectif étant de dissimuler une base de missiles balistiques nucléaires baptisée « Projet Iceworm ». L’idée, alors que le réchauffement à venir était encore majoritairement nié, était que, progressivement, cette base secrète déjà indétectable par les observations satellites, allait peu à peu être recouverte par de nouvelles couches de glaces s’accumulant sur la carapace glaciaire déjà dissimulée sous une dizaine de mètres au dessus des installations.

Des déchets abandonnés

À la fin des années 60, alors que cette installation comprenait déjà des laboratoires secrets et une quantité inconnue, ou volontairement oubliée, de fusées et de matériaux nucléaires, l’armée américaine décida d’abandonner cette base, Camp century. Tout en y laissant tous les équipements déjà stockés sans procéder a un quelconque nettoyage, qu’il s’agisse des produits chimiques et des résidus radioactifs accumulés lors de la dizaine d’années de travaux : une poubelle militaire sous les glaciers.

Camp century est situé à environ 200 kilomètres de la base aérienne et stratégique de Thulé, construite dans les années 40 au prix de la déportation de quelques centaines d’Inuits. Cette dernière, toujours opérationnelle, avait été installée avec l’accord des autorités danoises. Contrairement à Camp century, secrètement construite et équipée avant son abandon. Ce qui pose désormais des problèmes au gouvernement danois et aux autorités groenlandaises qui ont obtenu une large autonomie depuis 1979.

Pour Liam Colgan et les co-auteurs de son étude, non seulement la base secrète pourrait « mécaniquement » réapparaitre et faire surface dans quelques dizaines d’années, mais d’ores et déjà, les ruissellements générés par la fonte des glaciers qui la surplombent entrainent de nombreux résidus chimiques dans les lacs et dans la mer. Notamment des déchets d’uranium et de plutonium mais aussi d’importantes quantités de PCB. Les chercheurs en concluent qu’il est urgent, quels que soient les coûts, de nettoyer cette énorme poubelle chimique et nucléaire.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.