Alep : le cynisme russe

Pendant le véto russe à l'ONU, les bombes russes et syriennes s’abattent sur la ville.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


« Une provocation qui torpille les efforts russo-américains. » C’est ainsi que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a qualifié la sixième résolution de l’ONU demandant une trêve humanitaire à Alep. Résolution aussitôt rejetée par le double veto russe et chinois. Pendant ce temps-là, les bombes russes et syriennes s’abattent toujours sur la ville martyre.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.