Evasion fiscale : Juncker de nouveau mis en cause

Selon des câbles diplomatiques allemands publiés par The Guardian, Jean-Claude Juncker, premier ministre du Luxembourg, aurait bloqué des réformes européennes contre l’évasion fiscale.

Le président de la commission européenne est de nouveau mis en cause pour son rôle supposé en faveur de l’évitement fiscal des multinationales. D’après des câbles diplomatiques allemands, révélés par le quotidien anglais The Guardian, en collaboration avec l’ICIJ (Consortium international pour le journalisme d'investigation) et la radio allemande NDR, l’ancien premier ministre du Luxembourg a usé de son siège au sein du groupe de travail européen « code de conduite, fiscalité des entreprises », pour freiner toute avancée en matière de lutte contre l’évasion fiscale en Europe.

Créé en 1998 par le Conseil européen, ce groupe de travail a pour objectif d’identifier et de démanteler les régimes fiscaux de certains états qui engendrent une concurrence dommageable entre pays membre de l’Union Européenne. Les décisions s’y prennent à l’unanimité : toute tentative d’abandon de cette règle de l’unanimité a été contrée par le Luxembourg, malgré les demandes de la France, de l’Allemagne et de la Suède.

Il reste 75% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.