Graves menaces d'effondrement des glaciers alpins

Sous l'effet du réchauffement climatique, des courants d'eaux de fonte se sont formés sous la plupart d'entre eux, risquant de les faire « déraper » vers les vallées, alerte une étude universitaire.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Alors que les responsables des stations de sport d’hiver et les touristes tentent de se rassurer en mesurant la neige qui vient de tomber mais que le réchauffement peut faire fondre d’une semaine à l’autre, les scientifiques et les glaciologues lancent un avertissement sur l’état très préoccupant des glaciers alpins de haute montagne.

D’après une étude qui vient d’être publiée par le Laboratoire de glaciologie et géophysique de l’environnement de l’université de Grenoble, tous les glaciers de haute-montagne sont menacés de disparition et, dans un premier temps d’effondrement jusque dans certaines vallées. Réalité inquiétante qui complète ce que peuvent constater, par exemple, les scientifiques et les touristes : en une vingtaine d’années la célèbres Mer de glace a reculé de 700 mètres et a perdu 80 mètres de son épaisseur. Un phénomène qui se produit sur toutes les parties basses de glaciers alpins mais qui n’a pas partout la même intensité, surtout dans les couches de glace compris entre 2 500 et 4 000 mètres.

À cause du réchauffement climatique, tous les glaciers des Alpes adhèrent de moins en moins solidement aux parois rocheuses (très pentues) sur lesquels ils sont posés depuis des millénaires. Les capteurs installés ont enregistré, à une profondeur de 50 mètres une augmentation moyenne de 1,6 degré dit l’un des auteurs de l’étude, Christian Vincent, chercheur à l’université de Grenoble pour le CNRS. Lequel explique que la plupart des glaciers sont désormais « suspendus ». Notamment parce que même au fond des glaciers, la température augmente également. Ce qui signifie que le réchauffement se manifeste partout.

Conséquence : des courants d’eaux de fonte se forment sous les glaciers. Ce qui risque de faire « déraper » les glaciers et entraîner des avalanches de glace vers les vallées et les villages ou hameaux de haute et moyenne montagne. C’est notamment le cas pour des communes situées dans la zone des Houches et de Chamonix.

L’étude explique qu’il est impossible de savoir quand et où les glaciers se décrocheront. Mais ils concluent qu’il faut « absolument continuer à faire des mesures in situ avant qu’il ne soit trop tard et que les glaciers dégringolent ».

La situation est identique dans toutes les Alpes françaises, suisses et italiennes. D’autant plus qu’en plusieurs endroits s’accumulent des poches d’eau de fonte qui pèsent sur les systèmes glaciaires. Les scientifiques ont d’ailleurs en mémoire les catastrophes qui se sont déjà produites dans les massifs montagneux des Andes et de l’Himalaya où les réchauffements entraînent des instabilités liées au réchauffement.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.