La tragédie de l’indépendance

Christian Schiaretti poursuit son exploration du théâtre d’Aimé Césaire avec La Tragédie du roi Christophe. Une fresque grandiose.

Habillés d’intemporels vêtements de pauvres, ils sont presque tous là, réunis autour d’un cercle où s’affrontent deux comédiens coiffés d’un masque en forme de coq. Soit une trentaine de comédiens pour figurer le peuple haïtien, sur une distribution de trente-sept personnes. L’ambiance est à la fête, mais une tension parcourt l’assemblée. Nous sommes en 1806, juste après la chute de Dessalines, et les coqs de carnaval ont pour surnoms « Pétion » et « Christophe », en référence aux deux hommes qui se…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.