États-Unis : Trump fait feu sur la protection de l'environnement

La nouvelle administration américaine livre l’agence fédérale en charge des questions environnementales aux climatosceptiques et fait tout ce qu’elle peut pour l’empêcher de fonctionner.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La dislocation de la politique environnementale des États-Unis, à l’intérieur du pays comme au niveau planétaire, vient de commencer avec la mise au pas de l’EPA, l’Agence américaine de protection de l’environnement. Elle était annoncée, puis redoutée ; elle a commencé par la nomination à la tête de l’agence de l'ex-« ministre de la Justice » (state attorney general) de l’Oklahoma, Scott Pruitt.

À l’actif de ce climatosceptique revendiqué : une ignorance assumée des questions de protection de la nature, de nombreuses actions juridiques contre les textes régissant la préservation de l’environnement et la pollution des rivières, des procès sans fin contre la législation environnementale fédérale, des textes visant à remettre en cause le droit à l’avortement et des diatribes contre les homosexuels.

On peut y ajouter ses liens avec la très conservatrice Alliance américaine pour l’énergie – un groupe d’expert présidé par un certain Tom Pyle, proche du président Trump, « avocat » des énergies fossiles et adversaire « de toutes ces théories sur les effets nocifs du CO2, avec lesquelles le président Obama a trompé beaucoup d’Américains, notamment en imposant son Clean Air Act ».

Retentissante démission

Face à ces perspectives, Mustafa Ali, l’un des plus hauts responsables de l’EPA depuis vingt-quatre ans, a envoyé sa lettre de démission à Scott Pruitt. Il lui expliquait qu’il ne supportait pas que le gouvernement américain se dispose « à tuer tous les programmes de protection » de l’agence « qui lutte depuis des années pour alléger le poids des pollutions de l’air et de l’eau frappant essentiellement les villes et les régions déjà affectées par la pauvreté ».

Il a ajouté, dans une interview qui a rapidement fait le tour de la communauté scientifique et du monde associatif lié à la nature ou à l’environnement, que « venir au secours des communautés les plus fragiles et les plus pauvres, celles qui sont les plus vulnérables faisait partie des préoccupations cruciales de notre agence. Or nos nouveaux responsables n’ont pas donné le moindre signe qu’ils s’intéressaient au sort de ces gens […], pas plus qu’ils n’ont manifesté le moindre intérêt pour la protection de la nature. Mes valeurs et mes priorités semblent si différentes de celles de nos nouveaux dirigeants que je préfère aller exercer mes talents ailleurs. »

L’environnement abandonné aux États

Cette lettre n’a pas reçu de réponse, sauf par les décisions qui, depuis quelques jours, commencent à démanteler l’EPA. D’abord une première réduction de 30 % de son budget et l’annonce que, dans un premier temps, au moins un quart du personnel serait licencié. En attendant le possible démantèlement de cette agence. Car elle paraît désormais vouée à disparaître. Les questions de la pollution de l’air, de l’empoisonnement des cours d’eau, des rejets industriels, de la préservation des parcs et des réserves sont de plus en plus dévolues exclusivement aux États, y compris pour leur financement.

Il faut aussi noter que le responsable, lorsqu’il était « ministre de la Justice », a organisé la plupart des procès contre l’agence qu'il dirige désormais, visant à mettre en cause toutes les réglementations fédérales pour réduire les pollutions.

Opération de « nettoyage » et de censure

Par ailleurs, tous les rapports liés à la protection de la nature et de l’environnement produits ou financés par l’EPA disparaissent progressivement du site de l’agence et ne sont plus accessibles au public ou aux scientifiques. Opération de « nettoyage » et de censure qui a évidemment commencé par tous les éléments liés aux modifications climatiques et notamment à la montée des eaux marines.

À lire aussi >> La NASA alerte sur le réchauffement, Trump veut couper ses budgets

Désormais, la voie est totalement libre aux États Unis pour les activités des industriels, de l’extraction du charbon au recours aux énergies fossiles. Comme un retour au Far West des débuts de l’ère industrielle.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.