Les lycéens manifestent contre l’affiche du second tour

Dans les rues de Paris, plus de 500 lycéens se sont réunis jeudi 27 avril, sous le mot d’ordre « Ni Le Pen ni Macron ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


N i patrie ni patron, ni Marine ni Macron », clame la foule réunie place de la République. Plusieurs centaines de lycéens venus de six établissements sont là pour manifester contre les candidats du second tour de l'élection présidentielle. « Ce n'est pas parce que l'on n'a pas le droit de vote que l'on ne peut pas se faire entendre, explique Mathieu, élève de terminale. Et puis, on sait très bien que le vote ne changera pas grand-chose... », lâche-t-il en levant sa pancarte où il a écrit « La jeunesse emmerde le Front national ».

« On est tous trop dégoûtés de ce qui nous attend ces prochaines années, s'exclame Lucie, élève en première L. On est prêts à se battre. » La manifestation, non autorisée par la préfecture, se dirige vers Bastille dans une ambiance tendue : de nombreuses bouteilles en verre volent vers les gendarme. « Et tout le monde déteste le FN. Et Macron », crient les jeunes. Beaucoup sont venus avec des foulards contre les gaz lacrymogènes.

Après avoir été bloquée un moment dans l'avenue Daumesnil, la marche reprend, encadrée par les forces de l'ordre. Les lycéens s'en prennent aussi à Fillon : « Rends l'argent ! » « Vous devriez venir avec nous, plaisante l'un d'eux à l'intention d'un gendarme. Après tout c'est votre salaire et mes études qu'il a volés. » Arrivée à Nation, la foule se disperse. Certains continuent vers la Porte de Vincennes. D'autres partent vers le métro en rigolant. « On a cours quand même ! Mais au moins, on ne pourra pas dire que la jeunesse est restée impassible face au second tour. »


Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.