Pas de vote en prison

L’installation de bureaux de vote dans des établissements pénitentiaires à l’occasion des législatives n’aura pas lieu.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


C’était une initiative très attendue : l’installation de bureaux de vote dans des établissements pénitentiaires à l’occasion des législatives. Elle n’aura pas lieu. Le ministre de la Justice du précédent gouvernement est revenu sur sa promesse d’expérimentation juste avant de quitter la place Vendôme. Un déni d’acte civique qui a pourtant partie liée à la réinsertion. Et une initiative qui devait toucher 50 000 des quelque 70 000 personnes écrouées en France, des détenus « qui ont conservé leurs droits civiques mais sont concrètement privés de leur droit de vote », déplore l’association Robin des Lois (RDL), dénonçant une « décision politique consternante ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.