Syrie : L’accord de « désescalade »

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le mot dit à lui seul la modestie de l’objectif : « désescalade ». C’est le nom donné à l’accord conclu, dimanche, entre Moscou, Téhéran et Ankara, en vue d’une trêve durable en Syrie. Il comprend quatre zones de « désescalades », mais ne prévoit même pas explicitement de fin des hostilités. La violence a reculé, a cependant confirmé lundi l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Depuis six ans, la guerre civile a fait plus de 320 000 morts, selon l’observatoire.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.