Dossier : La meilleure façon de marcher, c'est encore la nôtre

De quoi « En marche ! » est-il le nom ?

On n’en peut plus de la déferlante « marchiste » ! Alors, déconstruisons « En marche ! ».

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


On n’en peut plus de la déferlante « marchiste » !

Ces images de troupeaux de moutons nous montent à la tête – et la moutarde au nez. Et que dire de ces vannes récurrentes sur notre vote présumé dès qu’on décide d’aller quelque part à pied… Alors, déconstruisons « En marche ! ».

En baptisant ainsi son mouvement, dans un jeu nombriliste avec ses propres initiales, Emmanuel Macron décrète non seulement la France (les Français ?) en panne, mais, surtout, il sous-entend que lui seul disposerait de la dynamique sacrée, tirée de sa jeunesse et de celle de son parti.

Et puis, « En marche ! », c’est tout autant une invite qu’une directive : en ligne derrière Jupiter. Enfin, c’est la consécration d’un principe : le mouvement pour lui-même, une agitation brownienne propre à fluidifier les échanges, dissoudre les obstacles, faciliter l’innovation. Tout cela en guise de programme politique.

À lire :

Une affaire qui roule

« En marche ! » : Anatomie d’un slogan


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.