Arthur perd son procès face à Patrick Cohen

L’animateur avait attaqué en justice l’ancien patron de la matinale de France Inter.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


C’était en février 2015, quand Patrick Cohen était encore à la matinale de France Inter. Dans son billet de 7h43, l’anchorman reprenait des infos de BFM Business, livrant que l’animateur Arthur détenait 10 % dans la société Coyote et avait gagné 8 millions d’euros dans la revente du fabricant d’avertisseurs de radars : « Je vais vous raconter une histoire d'évasion fiscale. […] Arthur, notre ami belge, enfin résident belge, l'animateur de TF1, qui avait investi il y a cinq ans 4 millions d'euros et qui va en récolter 12. Douze millions d'euros sans rien faire... Enfin, non, pas sans rien faire, car d'après BFM, il a œuvré auprès de l'équipe Sarkozy, qu'il avait soutenu en 2007, pour empêcher justement l'interdiction des avertisseurs de radars. Bon, et ces 8 millions d’euros de plus-value, ça fait combien dans les caisses de l’État ? Bah, ça fait zéro, puisque Arthur a logé sa holding au Luxembourg. Et ça fait zéro payé par Arthur, puisque les plus-values de ce genre ne sont pas imposées du tout. »

À la suite de cette chronique, l'animateur avait porté plainte en diffamation, réclamant au passage 20 000 euros de dommages et intérêts et 5 000 euros de frais de procédure. Arthur a été débouté par le tribunal, jugeant que le transfert de la holding d’Arthur au Luxembourg peut être « qualifié d’évasion fiscale », le condamnant également à rembourser Patrick Cohen de ses frais de justice.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.