Manif du 23 septembre : l’unité à l’épreuve

Les états-majors communiste et écologiste, mais aussi les syndicats, rechignent à défiler lors de la manifestation contre « le coup d’État social » organisée samedi 23 septembre à l’initiative de la France insoumise.

Emmanuel Macron peut se frotter les mains : samedi, la gauche ne pourra pas scander « tous ensemble ! tous ensemble ! » dans les rues de Paris. Loin de faire l’unanimité, la manifestation du 23 septembre, dont la date a été fixée dès le mois de juillet par Jean-Luc Mélenchon, suscite bien des réticences des organisations de gauche, qui dénoncent toutes la démarche solitaire du leader de la France insoumise.

En lieu et place du front uni, pourtant très attendu à gauche, contre la loi travail du gouvernement d’Édouard Philippe, c’est donc une opposition amputée de bon nombre de ses figures emblématiques et de ses organisations traditionnelles qui battra le pavé. Côté syndical, Philippe Martinez, leader de la CGT, dans une guerre larvée avec le député de Marseille pour le leadership de la contestation, a ainsi déjà annoncé qu’il bouderait la marche contre « le coup d’État social » organisé par La France insoumise (lire encadré). Outre ce grand absent, plusieurs formations politiques traînent des pieds elles aussi.

À commencer par le Parti communiste – du moins son état-major – qui, en dépit de ses appels récurrents à l’unité, ne cesse, depuis des semaines, de louvoyer pour éviter de dire s’il sera, ou non, de la partie le 23. « On n’est pas focalisés sur une seule date », arguait encore, vendredi dernier, Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, lors d’un déjeuner autour d’un plateau de fruits de mer avec des journalistes, sur un stand de la Fête de l’Humanité. Saluant le fait que Jean-Luc Mélenchon aurait, selon lui, « finalement renoncé à enjamber la manifestation du 12 septembre – et tant mieux ! », il ajoutait à l’attention de son ancien camarade du Front de gauche : « Il faut respecter le calendrier des mobilisations syndicales, et non les concurrencer. »

Il reste 75% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.