Luttes sociales : « Créer un militantisme du harcèlement permanent »

Alors que le mouvement ouvrier traditionnel peine à agir contre le capitalisme financier mondialisé, le philosophe Michel Feher s’interroge sur les possibilités d’inventer de nouvelles façons de lutter plus efficaces.

Quatorze manifs contre la loi El Khomri. Presque autant pour s’opposer aux ordonnances Macron. Force est de constater qu’à l’heure du capitalisme financier mondialisé les mobilisations du mouvement ouvrier traditionnel ne parviennent plus à infléchir les transformations imposées par les nouveaux maîtres du jeu capitaliste : les investisseurs d’un capital insaisissable et transfrontalier. Alors que faire, comme aurait dit Lénine ? Sans doute s’interroger sur ce qui a changé, et sur ce qui caractérise cette…

Il reste 97% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.