Catalogne : Au bout de l’impasse

Entre un Carles Puigdemont seul candidat à sa propre succession et un Mariano Rajoy inflexible, le blocage est désormais total. Avec des conséquences dramatiques pour la gauche catalane.

Ni son départ en Belgique ni les charges qui pèsent contre lui en Espagne n’auront réussi à écarter Carles Puigdemont de sa propre succession. Après une semaine chargée de doutes quant à cette éventualité, Roger Torrent, fraîchement élu président du Parlement catalan et issu des rangs de la gauche républicaine indépendantiste d’ERC, a finalement proposé lundi dernier la candidature du leader de la coalition Junts per Catalunya (Ensemble pour la Catalogne), en qualité de « candidat unique », à la présidence…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.