Dossier : Macron, un an : La droite parallèle

Emmanuel Macron : Sur un malentendu… ça ne peut pas marcher

Alors qu’Emmanuel Macron affirme « appliquer son programme » – déjà très imprécis lors de la campagne –, nombre de ses électeurs peuvent légitimement se sentir floués.

Et si Emmanuel Macron avait été élu sur un malentendu ? Depuis un an, émettre cette hypothèse attire sur tous ceux qui s’y risquent les foudres des soutiens, avoués ou non, du chef de l’État. Pourtant, si l’élection du président de la République n’est pas contestable – elle n’a d’ailleurs jamais été contestée –, il est licite de rappeler ce que sa victoire « par effraction », comme il la qualifie lui-même, doit aux circonstances exceptionnelles de ce scrutin : la fin crépusculaire du quinquennat de François Hollande, la certitude que Marine Le Pen serait au second tour, les affaires de François Fillon… Au soir de son élection, le 7 mai 2017, le candidat reconnaissait d’ailleurs lucidement avoir « été élu par des gens qui ne [l]’ont pas choisi ». Dans l’entretien à Corse-Matin (18 août 2017) où il rapportait ce propos, Christophe Castaner, qui était encore le porte-parole du gouvernement, précisait : « Ceux qui l’ont choisi, c’est 24 % des Français. » Soit son score au premier tour.

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.