Le Touareg, les bijoux et l’école du désert

Chaque année, Attefock Amo vient vendre en France l’artisanat de sa communauté du Niger. Une manne pour les siens, qui vivent dans le Ténéré, une zone sinistrée par le terrorisme.

Depuis que la région connaît violences et instabilités, les étrangers ont cessé de fouler le sable du grand Ténéré, l’un des plus beaux déserts du monde, au nord du Niger. Privés des revenus qu’ils tiraient du tourisme, les Touaregs ont sombré dans la misère. Alors, chaque année, Attefock Amo se rend en France pour vendre les bijoux fabriqués par une coopérative d’artisans à Iférouane. La recette permettra aux siens de manger à leur faim pendant quelques mois. Ancien instituteur, membre fondateur du Festival de l’Aïr et des cultures touareg, Attefock voudrait monter une école du désert pour que son peuple sorte de la marginalité.

Sur le marché du Festival de la correspondance à Grignan, dans la Drôme, Attefock, qui porte fièrement ses habits touareg – « le bleu constitue le costume de tous les jours, le blanc est réservé à la fête » –, est pris en photo par une passante, qui ignore le panneau au-dessus du stand, où il est expliqué que l’achat d’un bijou permet à une famille de vivre pendant plusieurs semaines. Malgré l’éclat de l’argent et des pierres, la photographe ne s’intéresse pas plus aux bagues et aux bracelets. Mais, comme pour faire oublier ces négligences, elle agite frénétiquement son téléphone portable sous le nez d’Attefock, avec la généreuse intention de lui envoyer le cliché.

Sans se départir de son sourire, Attefock s’offusque à peine d’un tel manège. Il en a l’habitude. Sous ce platane qui lui sert d’arbre à palabres, l’homme vend des ornements mais aussi sa culture. « Ces bijoux et leurs gravures sont comme des livres, ils racontent une histoire, celle du peuple touareg. Le Touareg est pauvre, mais, quand il a un peu d’argent, il achète des bijoux. Leur symbolisme accompagne les différentes étapes de la vie. Les triangles représentent les tentes et campements, tandis que le chemin se dessine d’un simple trait. Le “chate-chate” est le collier de tous les jours, que les femmes enlèvent quand leur cycle menstruel arrive à sa fin, une façon de prévenir leur mari. Quant aux hommes, ils portent la croix du Sud, qui montre le bon chemin lorsqu’ils partent en caravane. »

Si les Touaregs sont présents dans différents pays d’Afrique (Algérie, Libye, Mali, Mauritanie et Burkina Faso), ceux du Niger sont considérés comme les maîtres dans l’art du bijou. Attefock est d’ailleurs né dans une famille de forgerons bijoutiers dans la région de l’Aïr, près d’Iférouane, il y a un peu plus de soixante ans, le jour où le chameau du voisin est tombé dans un trou.

« Situé à 300 kilomètres d’Agadès, Iférouane est le dernier village avant le grand désert, soit la partie la plus reculée du Ténéré. Pendant longtemps, les Touaregs ont vendu leurs bijoux sur place aux étrangers qui venaient visiter la région. Le tourisme assurait alors la prospérité des forgerons bijoutiers, mais aussi des éleveurs et des caravanes qui font du commerce en traversant régulièrement le désert. À partir de 2005, la région de l’Aïr a connu des rébellions touareg que l’État nigérien a réprimées très durement. Le tourisme s’est interrompu, les habitants eux-mêmes ont fui, se réfugiant dans les villes. »

Il reste 68% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.