On remet ça quand ?

Cette marche contre l’islamophobie était belle et revigorante. Et, petit plaisir supplémentaire, le parti « socialiste » n’y était pas.

J’écris ces lignes en revenant de la marche parisienne contre l’islamophobie. Je découvre (sans véritable surprise, car ces gens nous ont de très longue date accoutumé·e·s à leurs scélératesses) qu’après que d’autres (1) l’avaient, en amont, ensevelie sous l’opprobre, un gang de clercs de médias (dont l’inénarrable publiciste Raphaël Enthoven, qui s’est tout récemment produit, en même temps qu’Éric Zemmour, dans une convention d’extrême droite) la présente, après coup, comme une « marche de la honte ». Et…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.