Les retraites au rabais

La macronie est peut-être en train de perdre la bataille de l’opinion, mais ne capitule pas sur son objectif final : réduire les pensions de tous pour pousser les salariés vers l’épargne privée.

L’importante mobilisation contre la réforme des retraites donne des sueurs froides au gouvernement. Celui-ci ne s’attendait visiblement pas à ce que le mouvement de contestation démarre aussi vite, aussi fort. À la veille du 5 décembre, le renseignement territorial prévoyait 270 000 manifestants dans le pays, dont au mieux 25 000 à Paris. Au soir de cette première journée d’actions, marquée notamment par des débrayages massifs dans les transports publics (SNCF, RATP…) et l’Éducation nationale, le ministère de l’Intérieur en totalisait 806 000 dans plus de 250 villes, dont 65 000 dans la capitale. Soit plus qu’au premier jour de la mobilisation contre la réforme Juppé en 1995. Cette entrée en matière a constitué un incontestable succès pour les syndicats, poussés à ne pas relâcher la pression par une base déterminée à faire plier Emmanuel Macron.

Le soutien de l’opinion à cette mobilisation et à la grève (1) constitue, plus encore que l’affluence dans les cortèges, un sérieux avertissement adressé à l’exécutif. La bataille de l’opinion a tourné à son désavantage. Plusieurs jours durant, le gouvernement a tenté de faire croire que le 5 décembre se limiterait aux « salariés d’entreprises qui relèvent des régimes spéciaux », suivant le mot du président de la République ; que la mobilisation était le fait d’un dernier carré de « privilégiés » désireux de « conserver des inégalités »

Cette « pédagogie » primaire destinée à cornériser les opposants a d’autant moins réussi que, parallèlement, des ministres ont semé le trouble avec des annonces contradictoires.

Il reste 76% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.