La fin de la grève fait des euros

À la gare du Nord, l’humeur n’est pas à la résignation, grâce à un chèque de soutien de 100 000 euros, mais pas que…

Après plus de six semaines de grève, les comptes en banque font grise mine : « On est sur un régime de pâtes le lundi, patates le mardi, gratin de pâtes le mercredi… », grince Stéphane, contrôleur. Sur les visages des derniers grévistes de la gare du Nord, à Paris, les sourires sont pourtant bien cramponnés. Comme chaque matin à 11 heures, l’assemblée générale se réunit à l’extrémité des quais. La foule – entre une trentaine de personnes par temps calme et une grosse centaine les jours de manif – est là…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.