Besançon mise sur le vert-rouge-rose

La ville de Franche-Comté fait partie des fiefs de gauche que les écologistes comptent bien emporter, sans LFI.

J_’avais envie qu’avec cette alliance le peuple de gauche ait les yeux qui pétillent »,_ explique Christophe Lime, élu communiste de Besançon et l’un des premiers à avoir œuvré à la candidature d’Anne Vignot, écologiste à la tête d’un vaste rassemblement de la gauche pour les élections municipales. Les yeux qui n’ont jamais vu la capitale franc-comtoise pétillent quoi qu’il arrive. Les hauteurs, où est installée la gare de Besançon-Viotte, offrent une vue imprenable sur la cité, nichée dans l’un des…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.