Aurel, du pinceau à la toile

Notre dessinateur a réalisé son premier long-métrage animé, Josep, situé à l’époque de la Retirada. En attendant sa sortie, à l’automne, il nous a ouvert les portes de son atelier de fabrication.

Aurel, notre talentueux dessinateur, collaborateur également du Monde et du Canard enchaîné, passe au cinéma. Figurant dans la « sélection officielle 2020 » du festival de Cannes, Josep, son premier long-métrage dessiné, sortira sur les écrans le 30 septembre. D’ici-là, nous avons demandé à Aurel de nous ouvrir les portes de son atelier et de nous confier quelques images marquant les étapes de l’élaboration de son film (1).

Le cinéma est survenu un peu par hasard dans le parcours d’Aurel. Un jour, une jeune scénariste s’adresse à lui pour mettre en images animées l’histoire qu’elle vient d’écrire. Ce sera Octobre noir, un court-métrage sur le 17 octobre 1961, dont la réalisation, en 2011, est cosignée par Florence Corre et Aurel. Or, entre-temps, celui-ci découvre la vie et l’œuvre du dessinateur Josep Bartoli. Une période en particulier : Bartoli, avec 450 000 de ses compatriotes républicains espagnols, a effectué « la Retirada » (« la Retraite ») : il est passé en France pour fuir le pouvoir franquiste victorieux en 1939. Ces réfugiés ont été parqués dans des camps de concentration (à Argelès, Saint-Cyprien…), où ils ont été durement traités.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents