Dossier : Les luttes essentielles déconfinées

Des envies de courts circuits

Le confinement a révélé les attraits de la vente directe dans l’alimentation. Ce contre-modèle gagne en autorité, malgré des obstacles encore majeurs. reportage.

À l’heure du déjeuner, le salon d’Émilie et Basile Dequiedt déborde de vie. Chacun s’affaire après une matinée occupée notamment à transformer le lait des 200 brebis de l’exploitation en glaces. D’entrée, Émilie Dequiedt tient à briser toute image idyllique : en treize ans d’expérience, la plupart du temps en circuit court, les aléas économiques ont forcé le couple d’éleveurs à changer quatre fois d’exploitation. Mais, plus que jamais, elle est sûre d’avoir choisi la bonne voie.

Au début du confinement, les Dequiedt, qui distribuent leurs glaces, leur fromage et de la viande d’agneau dans des boutiques paysannes, par paniers et sur les marchés, ont vu leurs commandes exploser. « On a l’habitude de travailler en collectif, on s’est donc vite organisés après un vrai moment d’angoisse, et on a même pu s’ouvrir aux paysans qui n’avaient plus le droit de vendre sur les marchés », résume Émilie_. Il a fallu réagir vite et s’adapter, ce qui n’a rien d’extraordinaire pour ces éleveurs. « Fièvre aphteuse, vache folle, FCO, maladie de Schmallenberg, H1N1… » En bout de table, Basile compte les crises qu’il a connues. « On a l’habitude, ça nous a appris à éviter la panique »,_ sourit-il.

Nous sommes dans le village d’Avène, dans l’Hérault, département aux campagnes -peuplées et à la terre généreuse. « Ici, tout pousse et tous les types d’élevage sont présents », souligne Estelle Olive, qui accompagne les projets d’installation en agriculture paysanne et en circuit court pour l’association Terres vivantes, installée à Clermont--l’Hérault. « Les racines paysannes des consommateurs, l’influence du Larzac tout proche… Beaucoup d’éléments font que les gens ont l’habitude de fonctionner en circuit court, et il existe une vraie volonté politique de les accompagner », observe-t-elle.

Les nombreuses boutiques paysannes qui maillent la région ont vu leur fréquentation grimper pendant le confinement, et des « drives paysans » ont été mis en place pour permettre aux consommateurs de récupérer des commandes, en remplacement des marchés.

Il reste 76% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents