Frédéric Pommier au bal de la vie

L’écrivain et journaliste de France Inter publie un recueil de nouvelles inspirées de ses chroniques à la radio. Histoires tristes, légères ou insolites.

David Goodall, Bernadette, les morts de la rue… On ne sait pas qui c’est. Ou presque pas. David Goodall est cet Australien de 104 ans qui, en mai 2018, à Bâle, dégustait son dernier cheese-cake. Auparavant, il avait avalé son ultime fish and chips. Ses plats préférés. Il a choisi de mourir en Suisse.

Goodall a été un expert en botanique et en écologie. S’il est venu travailler à son bureau jusqu’à ses 102 ans, sa santé avait commencé à décliner dix années plus tôt. Jusqu’à perdre le goût de vivre, refusant la déchéance, d’en faire porter le poids à sa famille. À cela près que le suicide assisté est interdit en Australie. S’il choisit la date de sa mort, il entend aussi la -médiatiser, espérant faire changer les mentalités. Et c’est devant un parterre d’une cinquantaine de journalistes qu’il tient sa dernière conférence de presse. Le lendemain, il s’éteint sereinement sur le dernier mouvement de la neuvième symphonie de Beethoven, L’Hymne à la joie.

Bernadette, employée administrative, est décédée beaucoup plus jeune, sans l’avoir choisi, elle, à 43 ans. Percutée par une voiture, projetée contre un mur avant que le chauffard ne s’acharne sur elle, lui roulant dessus à trois reprises. Placé sous contrôle judiciaire, l’homme n’est autre que son mari, extrêmement jaloux, qui ne supportait pas l’idée d’une séparation. Il avait déjà essayé de l’étrangler. En juillet 2019, Bernadette est la 81e femme, cette année-là, abattue par son compagnon, son mari ou un ex. Il y en aura beaucoup d’autres.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.