Décès de David Graeber, penseur des « boulots à la con »

Avec la mort de David Graeber, c'est un esprit agile et vivifiant qui disparaît.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’anthropologue et militant anarchiste David Graeber est décédé mercredi dernier à l’âge de 59 ans dans un hôpital de Venise. Esprit très agile et immensément cultivé, il a vivifié les courants de contestation citoyenne de la dernière décennie par ses écrits, qu’il qualifiait souvent de provocateurs – c’est-à-dire originaux et novateurs. Homme de terrain, adepte du collectif, David Graeber conçoit les idées sous l’angle de leur application pratique : sa grande popularité date de son implication dans le mouvement Occupy Wall Street (2011) contre les abus de la finance capitaliste. Avec Dette : 5 000 ans d’histoire (2011), il démonte le rôle de la dette (et l’obligation de la rembourser) dans les sociétés humaines. Bureaucratie, l’utopie des règles (2015) avance que le capitalisme a complexifié la relation avec les individus pour conforter les profits.

À lire > David Graeber, l’indigné qui s’attaque à la bureaucratie libérale

Bullshit Jobs (Boulot à la con, 2018) dénonce la fabrique d’emplois inutiles, voire nuisibles par la machine libérale, et interroge la sous-considération des métiers utiles – prémonitoire, avant l’épandémie de Covid-19. Il avait, entre autres, accompagné Nuit debout et le mouvement des gilets jaunes, « l’émergence soudaine et la propagation fulgurante de politiques réellement démocratiques, voire insurrectionnelles ».

À voir > Vidéo des échanges entre David Graeber et Frédéric Lordon


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.