Les insectes sont aussi détruits par les ondes des portables

Un rapport de scientifiques allemands au coeur de la polémique sur la 5G.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Si les insectes sont en train de disparaître rapidement des pays européens à cause des changements de température, de la déforestation et évidemment des insecticides, une ONG allemande a identifié une autre raison tout aussi inquiétante : le rayonnement des ondes des téléphones portables. Après une longue observation et le dépouillement de 200 études scientifiques européennes la NABU , l’Association allemande pour la protection de la nature, pense « que les rayonnements électromagnétiques ont probablement une influence sur le monde des insectes ». Les scientifiques allemands expliquent que dans 60 % des rapports examinés les résultats font nettement apparaître les effets négatifs sur les abeilles, les guêpes et toutes les mouches. Ils ont notamment établi que les insectes perdent leurs capacités d’orientation et que « leurs matériels génétiques se dégradent », y compris pour leurs larves. D’autre part, de nombreux insectes présentent un « stress cellulaire » et souffrent de « perturbation de leur système immunitaire ».

Un rapport inquiétant

L’analyse de toutes les données, explique Johannes Enssle, un des responsables du NABU qui présente le rapport, « montre que nous devons garder les yeux ouverts dans toutes les directions quand nous analysons les causes du déclin spectaculaire des insectes. (…) Le sujet est inconfortable pour beaucoup d’entre nous car il interfère avec nos habitude quotidiennes et il y a de puissants intérêts économiques derrière les technologies ». Une réflexion et une conclusion qui surgissent en France et dans plusieurs pays européens au moment de la mise en place des réseaux de la « 5G », qui entraine un questionnement du personnel politique et pas seulement chez les « Amish » évoqués par Emmanuel Macron.

Pour conclure, le rapport rappelle qu’au cours des dix dernières années la biomasse des arthropodes a diminué en Europe de 67 % dans les prairies et de 41 % en zones forestières. Situation qui diminue rapidement la pollinisation des fleurs et des légumes et aussi les quantités de nourriture disponibles pour de nombreux oiseaux et les chauves-souris.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.