Les « indésirables » de Paris XIIe

Des mineurs racisés d’un quartier de la capitale assignent l’État en justice pour « harcèlement discriminatoire ». Les plaignants dénoncent un acharnement injustifié des forces de l’ordre.

Ça commence par un contrôle. « Toujours par un contrôle. » Puis le tutoiement, et très vite les insultes et la violence. « Les enfants rapportent avoir reçu des coups, des gifles, du gaz lacrymogène, avoir subi des étranglements. […] Ils ont été traités de singes, de sale Libanais de merde, de babines de pneu », relate l’avocate Lucie Mariam. L’auditoire du tribunal de grande instance (TGI) reste stoïque. Trois autres avocats poursuivent, listant les faits de discriminations et de violences répétées entre 2013 et 2015, subis par les 17 requérants. Toutes ces violences ont été commises dans le cadre des « contrôles-évictions » d’une brigade de police du XIIe arrondissement de Paris, que les jeunes surnommaient les « tigres ». Ces contrôles abusifs visaient à leur faire quitter la voie publique. Au moment des faits, ils n’avaient qu’entre 13 et 17 ans et vivaient tous dans le quartier de la dalle Rozanoff. Tous sont d’origine nord-africaine ou subsaharienne, désignés comme « indésirables » dans les rapports de police.

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.