Dossier : Fondation d’utilité ultra privée : Enquête sur un réseau de financement d’écoles traditionalistes catholiques

Fondation pour des écoles d’un autre âge

Derrière la Fondation pour l’école, une galaxie d’établissements hors contrat ultracatholiques et des formations pour prêtres traditionalistes. En totale contradiction avec ses statuts. Une enquête de Basta! et Politis.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les élèves y portent un uniforme, vont à la messe avec leurs enseignantes, qui sont des religieuses. L’école est non mixte à partir du secondaire, réservée aux filles, qui vont être préparées, entre autres, « à devenir de vraies maîtresses de maison ». Bienvenue dans les écoles des Dominicaines enseignantes de Fanjeaux. Ce sont des écoles privées hors contrat : totalement indépendantes de l’État, elles ne bénéficient pas de financement public et n’ont pas l’obligation de suivre les programmes de l’Éducation nationale. Certaines de ces écoles gérées par l’ordre des sœurs de Fanjeaux sont liées à la Fraternité Saint-Pie-X, une société de prêtres intégristes en rupture avec le Vatican.

Plusieurs écoles des dominicaines de Fanjeaux sont soutenues financièrement par une fondation reconnue d’utilité publique, la Fondation pour l’école (FPE). Créée en 2007, elle s’est vu accorder le statut d’« utilité publique » par décret du gouvernement de François Fillon en 2008. Pour une fondation, cela signifie que l’État estime qu’elle est au service d’une cause d’intérêt général, ouvrant la possibilité à un donateur de défiscaliser son don. Les plus aisés, soumis à l’impôt sur la fortune immobilière, peuvent ainsi déduire 75 % du montant de leurs dons de leurs revenus imposables (dans la limite de 50.000 euros).

Lire aussi le second volet de notre enquête : Fondation pour l'école : Contre bonne fortune, Sacré-Cœur

Depuis sa création, la FPE s’affiche comme un soutien des écoles privées hors contrat en général, qu’elles soient confessionnelles ou non. Elle se décrit comme « apartisane et aconfessionnelle (1)  ». En réalité, elle soutient essentiellement des écoles confessionnelles catholiques, dont beaucoup d’établissements traditionalistes. Précisons que la grande majorité des établissements scolaires catholiques en France, étant des établissements sous contrat avec l’État, ne sont pas concernés par les subventions de cette fondation.

Saint-Pie-X et Saint-Pierre

La Fondation pour l’école ne communique pas publiquement la liste des établissements qu’elle soutient. Nous avons pu, cependant, consulter la liste de ceux qu’elle a financés en 2017. Alors que près des trois quarts des écoles privées hors contrat sont non confessionnelles (2), plus des trois quarts de celles soutenues par la fondation cette année-là étaient catholiques (au moins 60 établissements sur 72 dont nous avons connaissance).

Parmi ces établissements, au moins dix sont liés à la Fraternité Saint-Pie-X. Dix autres sont liés à un autre mouvement traditionaliste, la Fraternité Saint-Pierre, chargée de diriger les établissements ou d’y assurer l’aumônerie. Une aide de la fondation a aussi été allouée à une école liée à la congrégation des Légionnaires du Christ, le collège-lycée de l’Immaculée Conception de Méry-sur-Marne (Seine-et-Marne). Deux anciens religieux de cette congrégation ont été condamnés en 2013 à des peines de prison par le tribunal correctionnel de Meaux pour des abus sexuels sur des collégiens de cet établissement (3), lequel est toujours géré par les Légionnaires du Christ.

Non-mixité et ambiance « virile »

La FPE a par ailleurs versé plusieurs dizaines de milliers d’euros à une école de Bordeaux, le cours Saint-Projet, créé en 2006 (4). Cet établissement, lié à la paroisse traditionaliste Saint-Éloi, a été mis en cause en 2010 dans un reportage de France 2 (diffusé dans l’émission « Les Infiltrés » du 27 avril 2010, voir ici sur youtube) pour des propos antisémites et racistes tenus dans les couloirs (5). Attaqués pour diffamation, France 2 et l’agence qui avait produit le reportage ont été relaxés en première instance et en appel (6). La fondation verse aussi des aides à des maternelles Montessori. Là aussi, la plus grande partie est catholique. Dans certaines, la prière se veut quotidienne, comme à l’école Sainte-Famille de Gap (7).

La charte de la fondation, que les établissements doivent respecter pour être éligibles à son soutien, envoie de discrets appels du pied aux écoles traditionalistes (8). Il y est suggéré de « justifier d’une véritable réflexion sur la question de la mixité » dans le secondaire. Comme les écoles des dominicaines de Fanjeaux, plusieurs structures soutenues sont non mixtes. Au collège Bienheureux-Charles-de-Foucauld de Versailles, catholique, réservé aux garçons et qui a été soutenu par la FPE, la non-mixité est par exemple censée favoriser le travail dans une ambiance « virile » (9).

La charte précise que les établissements doivent également « former l’intelligence, la volonté et la sensibilité de l’enfant en lui transmettant le sens du vrai, du bien et du beau ». Cette trilogie « du vrai, du bien, du beau » est présente dans la communication de plusieurs écoles traditionalistes soutenues par la fondation. Celles des dominicaines de Fanjeaux assurent ainsi vouloir « former la femme chrétienne de demain », dotée d’une « intelligence à enraciner dans le vrai », avec une « volonté à attacher au bien en l’enflammant de l’amour de Dieu » et « une sensibilité à éveiller au Beau ».

Des liens avec l’extrême droite

Certaines écoles financées ont par ailleurs des liens avec l’extrême droite. L’institut Croix-des-Vents, établissement catholique de garçons dans l’Orne, a été directement soutenu par la Fondation pour l’école au moins en 2017. La direction en est assurée par la Fraternité Saint-Pierre. Huit prêtres font partie des encadrants. Cet institut a accueilli en 2019 l’université d’été des identitaires catholiques, Academia Christiana, où l’on disserte sur la « reconquête » face au « grand remplacement ». Le président de ce mouvement, Victor Aubert, est d’ailleurs un jeune enseignant de l’établissement (10).

Un autre membre fondateur de l’Academia Christiana, Julien Langella, également figure de Génération identitaire, participe à des événements de l’Institut Iliade – qui se dit lui aussi contre « le grand remplacement » – où l’on retrouve aussi des représentants du parti néofasciste italien CasaPound ou du mouvement d’extrême droite allemand Ein Prozent.

Selon des informations d’un groupe antifasciste local, un autre établissement scolaire soutenu par la fondation a accueilli le rassemblement d’Academia Christiana en 2020 : l’établissement Notre-Dame-d’Orveau, géré par la congrégation religieuse Sainte-Croix et situé dans les Pays de la Loire (11). L’école primaire de cet établissement, l’école Bienheureux-Basile-Moreau, a reçu une aide de la fondation en 2017.

À Castres, la FPE a aidé financièrement le cours Le Sénevé, créé en 2015. Patrick Canac, l’un de ses fondateurs, et trésorier de l’association qui gère l’école, a été candidat sur la liste du Front national aux élections municipales de Castres en 2001. Son épouse – Françoise Canac – figurait aussi sur la liste municipale FN à Castres, avec Bernard Antony, ancien député européen FN et figure des catholiques intégristes – il est fondateur de l’association Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (Agrif). Sa fille, Marie-Geneviève Soleil, est d’ailleurs la directrice du cours Le Sénevé (12). Françoise Canac a aussi été la candidate du FN lors des législatives de 2002.

À Nîmes, la Fondation pour l’école a soutenu un établissement non confessionnel, l’EHC Gardoise, ouvert en 2014. Selon des révélations de Streetpress en 2015, ses fondateurs et directeurs, Claire et John Bengtsson, étaient alors les animateurs de la section nîmoise d’Égalité et réconciliation, le mouvement d’Alain Soral, militant d’extrême droite plusieurs fois condamné pour « incitation à la haine » ou « apologie de crimes de guerre et contre l’humanité » (13).

Dons privés

D’autres écoles hors contrat ont sollicité sans succès un soutien financier. C’est le cas des espaces éducatifs Bricabracs, structure implantée dans les quartiers nord de Marseille et fondée par un instituteur de l’Éducation nationale qui souhaitait mettre en œuvre la pédagogie Freinet. « Il était sanctionné régulièrement. Usé par la hiérarchie de l’Éducation nationale, il en est sorti. Puis, avec un groupe de parents, l’envie est venue de réfléchir à comment faire autrement », rapporte une membre de la direction de Bricabracs. L’école accueille des enfants de 4 à 11 ans et propose des frais d’inscription relativement bas, 50 euros par mois en moyenne, adaptés aux revenus des familles. Cette accessibilité oblige l’école à demander parfois des aides financières.

« Quand nous avons fait des recherches de financement, nous avons découvert la Fondation pour l’école et déposé une demande. Quand on lit les statuts, on se dit “pourquoi pas”. Puis nous nous sommes posé la question de ce qu’était cette fondation. En regardant de plus près le réseau Espérance banlieues, notamment [un réseau d’écoles privées hors contrats en banlieue, créé par des membres de la FPE et financé jusqu’en 2019, NDLR], nous nous sommes rendu compte que nous n’étions pas du tout sur la même ligne. Nous, nous sommes d’inspiration libertaire. Nous n’avons plus demandé d’aide à la FPE depuis, même si nous avons besoin d’argent. »

Parmi les établissements dont les demandes ont été refusées en 2017, et dont nous avons connaissance, on trouve une école primaire juive, une école Montessori non confessionnelle, une école bilingue non confessionnelle, une école non confessionnelle destinée aux enfants dits précoces.

Dans l’enseignement privé hors contrat, les frais d’inscription payés par les parents varient selon les écoles. Mais ils se situent la plupart du temps dans une fourchette allant de 200 à 400 euros mensuels. En l’absence de financement public, les dons privés, dont ceux de la FPE, peuvent donc représenter une part significative du budget. En2017, la fondation et ses filiales ont versé plus de six millions d’euros de dons à des établissements. Certains ont reçu plusieurs dizaines de milliers d’euros. Dans le même temps, le nombre de structures privées hors contrat n’a cessé d’augmenter (14).

La FPE a également créé ou pris sous son aile treize fondations dites abritées, qui bénéficient de l’expertise de la fondation mère et de son accompagnement, notamment pour la gestion. Elle peut recevoir des dons défiscalisés pour ces fondations abritées (Espérance banlieues, créée en 2012, en faisait partie jusqu’en 2019). Au moins cinq d’entre elles ont un lien avec l’Église ou affichent un positionnement clairement catholique.

La Fondation Alliance Plantatio, abritée par la FPE depuis deux ans, récolte ainsi des fonds pour l’institut du même nom. Celui-ci « a pour mission de contribuer au renouvellement de l’enseignement catholique français en formant des cadres excellents sur le plan académique mais aussi profondément engagés dans la mission de salut de l’Église (15) ».

Une autre fondation abritée, Kephas, est une émanation directe de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, et elle est située à la même adresse que le siège français de la fraternité. Kephas a pour vocation de rassembler des fonds pour les écoles de la Fraternité Saint-Pierre. Plus de 40.000 euros lui ont été versés par la FPE en 2019, plus de 150.000 en 2016.

La Fondation du Faro, qui accompagne « les établissements scolaires indépendants qui intègrent une vision catholique de l’homme et du monde, situés en région Paca », a également bénéficié de plusieurs dizaines de milliers d’euros de subventions pendant plusieurs années (16).

C’est un réseau de structures liées entre elles qui se dessine. Le président de la Fondation pour l’école, Lionel Devic, siège ainsi au comité de direction d’Académies musicales, une fondation abritée. Cette structure a pour objectif de développer des écoles musicales comme celle déjà en activité depuis 2014 à Liesse, dans l’Aisne. Cet établissement non mixte pour garçons, hors contrat, fait partie du réseau des écoles catholiques du diocèse de Soissons (17). La Fondation des Académies musicales envisage d’ouvrir une deuxième antenne de ce type dans la Sarthe, à Précigné, dans des bâtiments « confiés par la congrégation des Marianites de Sainte-Croix », par le biais d’une société civile immobilière dont le directeur de l’Académie musicale de Liesse est aussi le gérant (18).

On trouve encore la Fondation Pro Liberis, qui fait peu de publicité sur ses activités. Elle attribue des bourses aux familles pour financer leurs frais d’inscription dans des écoles hors contrat. Montant des dons versés par la FPE à Pro Liberis en 2019 : plus d’un demi-million d’euros, tout comme en 2018, 2017 et 2016… Or, selon un audit réalisé en 2019 sur les liens entre la FPE et la fondation Espérances banlieues, cet argent versé à Pro Liberis va en partie aux associations gestionnaires des écoles des dominicaines.

Une autre structure, la fondation Les 20 Cœurs, hébergée depuis 2018, a pour objectif d’éduquer des enfants, des jeunes et des adultes en situation de handicap. Elle se définit comme agissant « dans une approche chrétienne de la personne » (19).

Financer la formation de trente prêtres par an

Les versements aux fondations abritées sont pour partie placés sur un fonds de dotation. Celui-ci est hébergé par le groupe Meeschaert, un gestionnaire d’investissements (20). Selon nos informations, le fonds en question s’appelle Proclero, « pour le clergé ». Créé en 2012, il « vise à contribuer au financement de la formation des prêtres de la Communauté Saint-Martin ». Le gestionnaire Meeschaert reverse une large quote-part de sa rémunération de gérant à cette communauté religieuse. « Avec un encours de 100 millions d’euros, la société de gestion pourra, avec l’aide des souscripteurs et de manière indolore pour eux, financer la formation de plus de trente prêtres par an », explique la Communauté Saint-Martin (21).

Une partie des dons versés à la Fondation pour l’école, défiscalisés à 75% quand il s’agit de riches donateurs, vont donc indirectement, via ce fonds de dotation et la société qui le gère, financer la formation de prêtres par un séminaire catholique. La porosité entre Proclero et la FPE va par ailleurs au-delà des flux financiers : au comité exécutif du fonds Proclero siégeait en 2019 un ancien trésorier de la fondation, Pierre de Lauzun (22). Contacté, ce dernier dément avoir participé à une quelconque prise de position sur l’orientation des investissements. Le président de la Fondation pour l’école, Lionel Devic, siège lui aussi, selon nos informations, au conseil de surveillance du fonds Proclero.

Lire le second volet de notre enquête : Fondation pour l'école : Contre bonne fortune, Sacré-Cœur


Que sont les Fraternités Saint-Pie-X et Saint-Pierre ?

La Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X est fondée par l’archevêque Marcel Lefebvre en 1970. Celui-ci est excommunié par le Vatican en 1988 pour avoir nommé des prêtres sans l’autorisation de sa hiérarchie. Cette communauté intégriste refuse le dialogue interreligieux, la liberté religieuse et l’abandon du latin dans la célébration de la messe. L’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à Paris, est l’un de ses principaux lieux de culte. Un prieuré niçois de la fraternité, le prieuré Saint-Joseph, abritait l’ancien milicien lyonnais Paul Touvier, recherché pour crimes contre l’humanité, jusqu’à son arrestation en 1989. Le district de France de la Fraternité Saint-Pie-X et ses « communautés amies », comme les Dominicaines de Fanjeaux, gèrent des dizaines d’écoles privées hors contrat.

La Fraternité sacerdotale Saint-Pierre est une société de prêtres et de séminaristes traditionalistes qui ne sont pas en rupture avec le Vatican. Elle a été fondée en 1998 en Allemagne par d’anciens membres de la Fraternité Saint-Pie-X ayant refusé le schisme. En France, la Fraternité Saint-Pierre dirige six établissements scolaires privés hors contrat et exerce l’aumônerie dans une vingtaine d’autres.


NOTES

(1) Source : Rapport d’activité 2018 de la Fondation pour l’école.

(2) Comme l’indique elle-même la Fondation pour l’école sur son site. 18% sont catholiques, 4% protestants, 4% musulmans, 4% juifs.

(3) Voir ces articles du Parisien ici et ici.

(4) Établissement qui fait sur son site la promotion des dons via la fondation pour l’école.

(5) Voir cet article du Monde.

(6) Voir cet article de l’Obs.

(7) Voir leur site.

(8) Voir la charte.

(9) Voir le site.

(10) Voir cet article d’Ouest France.

(11) Information d’un collectif antifasciste local. Acadamia Christiana ne communique pas publiquement sur le lieu exact de ses universités d’été. Sa page Facebook précise juste que l’établissement accueillant en 2020 est situé « dans les Pays-de-la-Loire ».

(12) En 2015, France3 avait consacré une enquête à cette école et à ses liens avec le FN.

(13) Voir l’article de Streetpress qui révélait ce lien en 2015.

(14) Voir sur le site de la Fondation pour l’école.

(15) Site de Plantatio.

(16) Site du cours du Faro. La Fondation pour l’école a versé à la Fondation du Faro 50.000 euros de dons en 2016, plus de 66.000 euros en 2017, 80.000 euros en 2018.

(17) Voir ici.

(18) Voir sur le site.

(19) Voir ici.

(20) Ces « actifs circulant » s’élèvent à plus de 530.000 euros en 2019 selon les comptes de la Fondation pour l’école.

(21) Voir le site de la Communauté Saint-Martin. « Meeschaert reverse une quote-part significative (50%) de sa rémunération de gérant à la Communauté Saint-Martin pour la formation de ses prêtres », explique Proclero sur son site.

(22) Voir sa biographie.


Lire le second volet de notre enquête : Fondation pour l'école : Contre bonne fortune, Sacré-Cœur


Cette enquête a été coréalisée par Basta! et Politis.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.