Une affaire de masques

Pierre Bergounioux signe un bref récit allant de son enfance en Corrèze jusqu’aux œuvres d’art issues des pays colonisés.

Pierre Bergounioux retourne régulièrement à son enfance comme à une source vive. Il évoque, au début d’Arts premiers, un sentiment loin d’être anodin, transgressif, qui n’a cessé de le saisir toutes ses jeunes années : celui d’être en « dissidence ». C’est-à-dire à l’étroit dans ce pays corrézien enclavé qu’il a maintes fois évoqué et en rupture avec l’horizon borné des adultes de son entourage – même s’il sauve parmi eux ceux qui « s’enhardissaient à interroger les apparences » : les instituteurs. Le…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.