Dossier : Gouverner sans chef, c'est possible

Christophe Meierhans : Acteur toi-même

Par ses pièces interactives, l’artiste déconstruit la perception commune de la gouvernance et de la démocratie. Avant d’appliquer la recette à sa propre pratique, en tant que militant d’Extinction Rebellion.

On vous avait chaudement recommandé cette pièce « politique et maligne ». Or donc, c’est un olibrius qui explique sa trouvaille démocratique devant un rétroprojecteur : des scrutins non pas pour élire, mais pour disqualifier les exécutifs. Avec ses airs de dégagiste naïf, Christophe Meierhans a chauffé la salle en moins de deux, et l’on imagine déjà des tomates voler car l’artiste a précisé qu’on pouvait « l’interrompre à tout moment ». Deux heures et demie plus tard, c’est lui qui propose « d’en rester là », car la salle est bien partie pour prolonger la performance toute la nuit.

Some Use for your Broken Clay Pots (1) passait au Nouveau Théâtre de Montreuil (93) quelques jours avant la présidentielle de 2017, et on aurait aimé vivre celle-ci sous le régime de la Constitution de Meierhans. Car il en a écrit une, 350 articles, avec l’aide de politistes et de juristes. Et si le principe de « disqualification » des ministres en est la porte d’entrée, il n’est pas la version collective du pouce baissé des arènes romaines : très encadré, il n’est valide qu’accompagné d’une Proposition citoyenne. Les ministres ? Des Chargé·es de bien commun. Que chacun·e peut devenir à son tour, par un processus amorcé par un tirage au sort puis des évaluations collectives dont toute personne peut s’auto--disqualifier si elle n’entend pas assumer de responsabilités.

Il reste 71% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.