Gouverner sans chef, c'est possible