Catherine Blondeau : Naissance d’une couleur

Dans Blanche, Catherine Blondeau puise dans son expérience pour cerner les contours de sa blancheur. Avec finesse, elle ouvre des voies vers une nouvelle « poétique de la relation ».

Au Grand T à Nantes, qu’elle dirige depuis 2011, Catherine Blondeau entend développer un « théâtre de la relation ». Empruntée à Édouard Glissant, qu’elle n’oublie pas de citer dès que l’occasion se présente, l’expression désigne pour elle un « joyeux creuset où s’écrivent nos identités mouvantes, tremblées, hésitantes, nos histoires les plus intimes comme les plus épiques, les plus anciennes comme les plus actuelles », lit-on sur le site Internet du théâtre, dans un édito-manifeste que sa directrice n’a…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.